TomorrowFact

Innover c'est considérer le changement comme une opportunité

steam logo art 2000.0 1200x600 - Revendre du contenu dématérialisé "d'occasion", c'est bientôt possible !
En Bref

Revendre du contenu dématérialisé “d’occasion”, c’est bientôt possible !

UFC VS Steam 1 1024x492 - Revendre du contenu dématérialisé "d'occasion", c'est bientôt possible !

Tu viens d’acheter le dernier FIFA de façon dématérialisé ? Le logiciel et la licence de jeu sont enregistrés sur ta Playstation ? Et si tu pouvais bientôt le vendre d’occasion alors que tu n’as ni CD ni jaquette ! (si tu le vends déjà c’est que tu as ragé sur FUT)

Un autre exemple, tu avais acheté en ligne le film Harry Potter Et Les Reliques De La Mort Partie 1. Après l’avoir conservé précieusement sur ton disque dur et visionné 372 fois tu souhaites le revendre d’occasion ? Alors tu n’as jamais eu en ta possession la jaquette ou le CD ? Ce sera bientôt possible ! (entre nous ne revends pas HP, tu risques de le regretter…)

Tu l’as compris, il est possible que prochainement, chaque contenu virtuel acheté puisse être revendu d’occasion. Jeux vidéos, logiciels, applications, livres numériques, films, etc…

Un CD, une jaquette, une VHS pour les plus nostalgiques, sont des biens physiques et tangibles qui s’usent à force d’être utilisé.

Or un 2Go ou quelques Mo n’ont pas capacité de se rayer, de prendre la poussière, de s’user physiquement. Il est donc difficile de définir un objet numérique avec terme “occasion”.

Comment nous en sommes arrivé là ?

L’association UFC-Que Choisir c’est attaqué à la plateforme Steam. Steam permet de télécharger numériquement des jeux vidéos. UFC leur reproche de créer une limite à la propriété de l’acheteur, dans la mesure où nous sommes obligé de garder le contenu acheté.

Le tribunal de grande instance de Paris a tranché et a reconnu le droit au consommateur d’avoir la possibilité de revendre les jeux acheté en ligne sur Steam. Une première depuis le début de l’air numérique !

Ce cas là va-t-il s’étendre à d’autres plateformes ? C’est en tout cas ce que souhaite UFC-Que Choisir, qui est bien déterminé à continuer le combat.

Reste à réfléchir aux conséquences économiques que ce mouvement va engendrer. Les éditeurs seront les grands perdants et les consommateurs les grands gagnants ? Le débat est ouvert !

Restez informé de la parution des nouveaux articles !

LEAVE A RESPONSE

Your email address will not be published. Required fields are marked *